CUNNI : ON AIME OU PAS ?

Encore interdit dans certains pays et à l’inverse conseillé comme en Chine pour s’abreuver de ce liquide précieux de vie éternelle. Longtemps considéré comme une perversion au même titre que la fellation et la sodomie.

Le cunnilingus est-elle une pratique comme une autre ?

Sous l’Empire romain, le cunnilingus était déprécié car considéré comme une soumission de l’homme envers la femme !! Par contre la fellation n’est pas dégradante ! Déjà une discrimination …

Avant, réservé aux maisons closes, cette pratique n’est pas totalement débarrassée de tous ses blocages. Le plaisir féminin a longtemps été ignoré. Dans les années 60, la sexualité n’était représentée que par la seule pénétration vaginale. Cette époque n’est pas totalement révolue mais a bien changé.

Sommes- nous tout(e)s à l’aise avec cet acte sexuel ?

Pas si sûr. Souvent, cette gêne est due à un manque de connaissance du corps féminin ! Mais au fait où se trouve le clitoris ? Ce petit bout de chair si sensible et si bien caché qu’il faut le chercher pour le trouver. Nombreuses sont encore les femmes qui ne le connaissent pas vraiment et du coup ne le touchent jamais. Et ces Messieurs qui ne l’ont pas encore trouvé ! Malheureusement…..

Cette pratique est encore et encore associée à beaucoup de préjugés ; c’est sale, ça ne sent pas bon, c’est pas beau…Ah bon ?? Tout est subjectif.

Mesdames et Mesdemoiselles, je vous conseille de regarder de près votre sexe. Prenez un miroir, allez dans la salle de bain tranquille sans être dérangée et observez-vous. On est bien capable de se mettre le doigt dans la bouche pour aller chercher un truc coincé entre les dents, pourquoi ne pas se toucher et s’observer le minou ???.

L’intérieur de la bouche en y regardant de près ce n’est pas vraiment très beau et parfois ça ne sent pas très bon …Bref, tout ça pour dire que le sexe féminin n’est pas plus sale ou – beau que d’autre partie du corps. C’est seulement une partie du corps peu visible voilà tout.

C’est quoi un Cunni ?

En fait, Le plaisir féminin a longtemps été ignoré et du coup pas si simple de se sentir à l’aise avec cette pratique. Mais en fait c’est quoi un cunni ?

C’est caresser le sexe féminin (la vulve, je n’aime pas ce mot) avec la bouche, la langue, les lèvres en stimulant essentiellement le clitoris mais aussi les petites lèvres, l’entrée du vagin…. Enfin tout l’intérieur de ce joli minou. Le clitoris étant la principale source de plaisir féminin. Cette stimulation buccale peut donner beaucoup de plaisir et aussi parvenir à avoir un ou plusieurs orgasmes… oui c’est possible !.

Sous certaines conditions…

Alors on aime ou n’aime pas ?

Comment apprécier un cunni ? Certaines femmes ne se sont jamais vraiment adonner à ce plaisir.

Ne pas vraiment OSER est le maître mot de celles qui n’ont pas vraiment franchi le pas de cet abandon. Un abandon ! Oui, un abandon total à ce plaisir individuel mais prodigué par l’autre. Ne rien faire ; juste apprécier ce moment intense de “ lâcher prise ”. Faire confiance à l’autre qui ne fait que vous donner du plaisir, là rien que pour vous à ce moment-là : profiter l’instant présent.

Se laisser aller …

Pourquoi est-ce si difficile de se laisser aller ? Pourtant certaines femmes disent ne pas aimer cette pratique et n’ont aucune difficulté pour faire une fellation ??? Donner ok mais faut-il aussi accepter de recevoir du plaisir : voici un des secrets d’une relation sexuelle partagée.

Pour celles qui aiment …

Pour apprécier un cunni, raconte Christelle : “Je me laisse aller à ce que l’on me fait, ne rien faire d’autre et laisser monter le plaisir. Je ne peux pas le toucher, d’ailleurs je n’aime pas le 69 car cela me demande une concentration. Je préfère que ce soit chacun son tour. ”

Emmanuelle n’aime pas quand son chéri descend directement. Elle a besoin de câlins, de tendresses, de caresses avant qu’il puisse toucher son sexe et ensuite l’embrasser.

Justement l’embrasser, Marie indique que le cunni est un comme un baiser langoureux. Ce n’est pas juste “ lécher le sexe ” mais ça doit être sensuel, lent, tendre et excitant.
“ Un cunni prend du temps, pour moi ça doit être doux et tranquille et non pas vite fait. Je sais que pour me lâcher j’ai besoin que ça monte doucement mais surement. Si on n’a pas le temps, je préfère ne rien avoir plutôt que d’être frustrée” raconte Sabrina.

Un peu de stat

Selon la grande enquête sur la sexualité de 2006 : 85% des hommes et des femmes auraient déjà pratiqué au moins une fois dans leur vie le cunnilingus. Donc 15 % ne l’ont jamais fait et sans compter ceux qui l’ont fait une seule fois ! Même si les pratiques sexuelles évoluent le cunni est à la traîne par rapport à la fellation avec + 95%.

Les conditions pratiques :

Vanessa explique: « Quand j’ai des pertes un peu plus importantes que d’habitude, ça me gêne et je préfère ne pas avoir de cunni ”

Judith n’est pas très à l’aise si elle n’est pas fraîchement épilée, ce qui selon elle n’arrive pas souvent.

Pour Anne, ce n’est même pas envisageable d’avoir un cunni après que son copain ait joui en elle. L’idée que ça puisse couler beurk !

Audrey témoigne : “ Parfois j’ai envie d’être collée contre le mur, une envie de pénétration là tout suite rapidement et dans ces moments-là le cunni n’a pas sa place”

Hygiène

Ce mot revient souvent pour refuser un cunni. Marc raconte “ Evidemment si on revient de 4 jours d’un camping à la rivière bleue, je n’irai pas m’aventurer par là mais ça parait évident. Par contre si elle s’est lavée dans la journée pas de problème. C’est cette odeur corporelle que j’apprécie ; ça ne pue pas, j’aime bien son odeur. »

Pour France ce n’est pas envisageable si je n’ai pas pris une douche avant. D’ailleurs, rajoute-elle, c’est la même chose pour la fellation son pénis doit être tout propre.

L’idéal serait de prendre une douche sensuelle à deux, en se lavant mutuellement et se caressant en même temps ; des petits préliminaires avant de passer aux choses sérieuses.

Par Politesse

Certains font des cunnis de politesse décrit Eva “ là ça se ressent et ce n’est pas agréable. On voit bien qu’il le fait comme un devoir et non comme un plaisir et du coup je ne peux pas me laisser aller.”

Certains hommes acceptent la fellation sans problème mais quand il s’agit de l’inverse, ils ne le font pas car ils disent ne pas aimer ? Et le partage ? Il ne s’agit pas de faire des comptes de qui a fait quoi, mais bien de partager les plaisirs.

D’ailleurs François raconte que le cunni est pour lui un moment intime. Il ne peut le partager qu’avec des femmes qu’il apprécie et non lors d’une aventure d’un soir.

Pour Nico, c’est un vraiment moment de plaisir ; j’adore ça de sentir son corps frémir sous mes caresses cela me donne un plaisir intense, ça m’excite de la sentir prendre du plaisir et d’aller jusqu’à l’orgasme. J’ai la sensation d’avoir le pouvoir de son plaisir et c’est super fort, pour moi c’est de l’amour ».

A l’aise ou pas ?

Certaines femmes sont encore très gênées. Stéphanie, 34 ans, “ Ce qui me déplaît vraiment, c’est d’avoir la tête de quelqu’un entre les jambes…” ou bien « l’idée qu’il voit mon sexe de si près me dégoûte…”

Franck assure que ça plaît à une majorité de ses partenaires, avant d’ajouter qu’une minorité y est hostile et certaines plus ou moins sensibles. Lui voit le cunni comme une manière de s’exciter mutuellement”

Pierre 30 ans, est du même avis, il fait “facilement des cunnis”, en pensant surtout à sa partenaire : “J’aime lui donner ce plaisir”.

Pas le premier soir

Étrangement, il se pourrait bien que le cunnilingus soit considéré comme plus intime que la pénétration. Pour Xavier : “Avec une aventure d’un soir, je le fais jamais par contre à partir du moment où c’est une d’histoire, là ça m’excite de le faire.”

Pour David aussi, la 1ére fois, il y a rarement un cunni, alors que souvent il y a fellation : “Parfois, j’ai le sentiment que les nanas se sentent obligées”. La faute à qui ? Aux idées préconçues…

Thomas raconte “Je sens parfois que ma compagne est gênée que je puisse voir son sexe de près !!! Pourtant, je le trouve beau et excitant même si elle n’est pas super épilée j’m’en fous. Si je descends vers son sexe c’est pour lui donner du plaisir et non pour faire un inventaire. Les femmes se posent trop de questions sur leur apparence, pour ma part si je suis avec elle c’est que j’en ai envie alors j’aimerais qu’elle se lâche. Parfois ce côté faussement pudique me fatigue !”

Cunni on aime ou pas ?

Lâchez-vous et jouissez du plaisir là où il se trouve avec votre partenaire. La sexualité est un moment de jeu intime qui n’appartient qu’à vous, au moment où vous le faites. Laissez au vestiaire vos préjugés, vos complexes et soyez vous-mêmes avec vos défauts mais surtout avec vos qualités.

Laissez –vous aller au plaisir ….apprécier de recevoir.