Couple : on se fait des films

Entretien fait par la journaliste Marion Courtassol de LNC

« C’est au sein du couple que l’on fait le moins d’effort et que l’on est le plus exigeant », rappelle Charlotte de Buzon.

Nous poursuivons notre exploration des relations amoureuses. Cette semaine, zoom sur les scénarios que l’on élabore dans notre tête, en interprétant à notre façon les réactions de l’autre. Encore une fois, seul le dialogue peut permettre de lever les tensions.

Les Nouvelles calédoniennes : Pourquoi se fait-on des films ?

Depuis qu’il a la parole l’être humain aime raconter des histoires aux autres et se raconter des histoires à lui-même. Régulièrement on se fait des films, pour revivre une situation qui nous a plu ou, au contraire, on refait l’histoire de façon à ce que ce soit une forme d’exutoire en ayant la repartie que l’on n’a pas eue ou un comportement plus adéquat.

Comment cela se passe-t-il dans le couple ?

On interprète une situation et on imagine que la réaction de l’autre est liée à telle ou telle chose et on peaufine tout ça. Ce qui est important est de se dire que le film que l’on vient de faire est à 99,99 % faux car on n’est pas dans la tête de l’autre. On estime que l’on a raison, alors que c’est erroné puisqu’imaginaire. On est persuadé que ce l’on pense est la vérité. La seule solution pour savoir si c’est vrai, c’est de poser la question à l’autre. Mais on ne le fait jamais ou très peu.

Avez-vous un exemple de situation ?

Monsieur rentre du travail de mauvaise humeur et va s’agacer sur le chien. Madame se demande pourquoi il s’agace sur le chien. Et dans sa tête c’est parti : « Je n’aurais jamais dû prendre ce chien. Il n’aime pas mon chien. De toute façon, il n’aime pas ce que je fais, à chaque fois que je décide de quelque chose ça ne va pas… » Le chien n’y est pour rien mais la contrariété de Monsieur doit sortir donc il s’en prend au chien assis au mauvais endroit. Et tout cela prend des proportions énormes pour rien.

Que se passe-t-il dans la tête de chacun ?

Elle lui reproche de s’en prendre au chien et reste sur sa position. Lui, se dit « elle me fait un reproche et ne voit même pas que je ne vais pas bien. » Comment en sortir ? En lui demandant tout simplement : « Pourquoi es-tu fâché contre le chien ? ». L’autre ne s’en était même pas rendu compte et explique être énervé car il a eu un accrochage avec un collègue. Du coup, il va raconter sa contrariété.

Comment ce type de situation peut déraper ?

C’est l’accumulation qui va jouer, ajouté à un autre truc négatif, puis un autre et encore, un autre, au fil du temps, on en arrive à une crise. Il faut donc prendre du recul et se demander, pourquoi ce que je pense serait la vérité ? C’est mon interprétation. Si je lui pose la question, je saurai. Si je me suis trompée, je le saurai.

Les interprétations sont-elles toujours négatives ?

Oui, car le couple est le cadre dans lequel on fait le moins d’effort. Là où on a les attitudes les plus difficiles, on a une forme d’exigence, c’est là où l’on s’adapte le moins. C’est normal de se faire des films. C’est ce qui permet de prendre de la distance mais il ne faut pas prendre pour argent comptant notre scénario. D’où l’importance d’en discuter : quand tu m’as dit ça, tu voulais dire ça ? Si on veut confirmation, il faut demander et savoir entendre la réponse.