La télépathie existe mais pas dans le couple

ENTRETIEN AVEC Charlotte de Buzon, sexologue et thérapeute de couple « La télépathie existe, mais pas dans le couple »

Propos recueillis par Marion Courtassol , Journaliste au journal « Les Nouvelles Calédoniennes »

Pour Charlotte de Buzon. C’est l’un des problèmes de couple les plus fréquents : attendre de l’autre qu’il devine d’un regard nos besoins, nos envies ou notre ressenti. Une attente qui ne peut être que déçue et qui a pourtant une solution très simple : parler. Mais gentiment.

Les Nouvelles calédoniennes :

Vous résumez l’un des classiques des problèmes de couples par l’expression « ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant ». Qu’entendez-vous par là ?

  • Ça va sans dire » correspond à ce qui me paraît évident, mais qui ne l’est pas forcément pour l’autre. Pour éviter le conflit, mieux vaut donc dire clairement les choses. Dans le couple, quand on est ensemble depuis un moment, que l’on commence à se connaître et à prendre des habitudes, on imagine que l’autre doit savoir décrypter ce que l’on ressent ou ce que l’on veut. Ce qui est impossible.

Un exemple ?

Lors d’une soirée, on peut se sentir un peu mis de côté, alors que l’on voudrait des gestes d’attention de la part de l’autre. Dans une autre soirée, avec un contexte différent, alors que l’on discute avec des amis, ces gestes d’attention peuvent être gênants.

« La télépathie existe, mais pas dans le couple »

Quelle attitude adopter alors ?

Il faut parler ! Pourquoi ne pas verbaliser et être dans l’attente, donc la frustration, que l’autre ait une réaction qui devrait être évidente selon soi ? La télépathie existe, mais pas dans le couple. Ça ne marche pas, que ce soit dans les couples homo ou hétérosexuels. Pour reprendre l’exemple de la soirée, pourquoi ne pas dire à l’autre, « je me sens un peu seul(e), j’aimerais que tu sois plus proche de moi. » Ou inversement. Quand l’autre vient faire un câlin alors que vous êtes en pleine discussion. « S’il te plaît chéri (e) pas maintenant je ne suis pas très à l’aise. »

Comment le dire sans blesser son conjoint ?

En le demandant de façon bienveillante, sans être dans le reproche. Dans un message que l’on passe au sein du couple, qui est le lieu où l’on fait le moins d’efforts, la forme est plus importante que le fond. Si l’on parle mal à l’autre, sur un ton sec ou un peu agressif, il ne va pas retenir le message de frustration que vous exprimez mais la façon dont ça a été dit.

Y a-t-il des attitudes ou des mots à éviter ?

Il ne faut pas être dans l’attente que les choses changent toutes seules. Le risque est que chaque petit non-dit s’accumule pour arriver à des grandes phrases définitives avec des « jamais », des « toujours » ou des encore » comme « tu ne fais jamais attention à moi », « tu n’as encore rien vu », « avec toi, il faut toujours… ». Rien que ces mots-là plombent le dialogue. Si l’on arrive en s’exprimant gentiment à dire « j’aimerais bien de temps en temps ceci ou cela », on n’est pas dans une exigence mais dans un souhait que l’autre peut exaucer.